MATCH EN ROSE: PLUS QU’UNE PARTIE DE HOCKEY

Article par Céline Ducher.

Montréal, QC (19 février 2019)  – Les Canadiennes de Montréal organiseront la neuvième édition du Match en rose le 23 février à 18h30 lorsqu’elles affronteront les championnes en titre de la Coupe Clarkson, le Thunder de Markham.

Au-delà des deux points au classement général en jeu, ce match porte une importante signification pour Les Canadiennes. Depuis neuf saisons, le club montréalais organise ce match pour lutter contre le cancer du sein, qui affecte une femme sur huit au Canada. Les Canadiennes ont amassé plus de $ 100 000 au profit du cancer du sein au Québec en huit éditions, incluant plus de $ 20 000 la saison dernière.

« Je souhaiterais que tous les événements de levée de fonds servent à démystifier la misère autour de cette maladie que nous pourrions presque tous côtoyer; il s’agit de ne pas s’apitoyer, mais d’inspirer à dépasser les limites qu’on se donne » raconte Carmen, une survivante du cancer du sein.

Carmen sera l’une des porte-drapeaux pour le Match en rose. Elle sera accompagnée par Isabelle, son amie et aussi une survivante du cancer du sein. Les Canadiennes organisent une collecte de fonds pour la Clinique du sein du Centre universitaire de santé de McGill ainsi qu’un encan silencieux qui inclura plusieurs pièces de collection de hockey féminin, dont les chandails roses signés et portés par les joueuses pendant la partie.

« Je suis fière de pouvoir y participer, » dit Isabelle. Plus il y aura de spectateurs, plus le message sera entendu. »

Isabelle et Carmen se connaissent depuis quelques années alors qu’elles évoluent pour la même équipe de hockey récréative. Carmen a commencé à jouer ce sport à l’âge de 45 ans, alors que Isabelle a enfilé ses patins à 37 ans. Ayant grandi à une époque où le hockey féminin se retrouvait dans l’ombre du jeu masculin, l’opportunité de jouer ce sport ne s’était pas présentée auparavant.

« Nous n’avions pas de modèles féminins, d’Olympiennes qui remportaient la médaille d’or à quatre Jeux olympiques de suite, ni d’équipes professionnelles comme Les Canadiennes, » a raconté Isabelle. Ceci étant dit, mieux vaut commencer tard que ne jamais commencer du tout! »

En plein rétablissement de son cancer du sein, Isabelle n’a pas encore rechaussé es patins de hockey depuis son intervention chirurgicale, mais songe à effectuer un retour sur la glace bientôt.

«J’ai eu beaucoup de support de mon équipe dans toute cette aventure. Carmen, qui avait vécu la même chose auparavant, et une autre consœur qui est médecin spécialiste m’ont aidé à passer à travers l’incertitude des premiers temps. »

Pour Carmen, le retour à la vie quotidienne s’agissait d’une preuve de « résilience, d’estime de soi et d’amour de la vie, des qualités qu’il faut avoir pour affronter toutes les embûches que la vie place sur le chemin des femmes et des hommes, » dit-elle.

« Un vestiaire de hockey est généralement un endroit rempli de femmes qui possèdent ces qualités, qu’elles aient connu ou non le cancer. Au début, j’appréhendais la réaction des autres dans les vestiaires du gym et du hockey, mais j’ai rapidement retrouvé mes aises quand j’ai vu que personne ne me regardait de travers. »

Un cancer du sein n’est pas une fin en soi, mais il est important d’en connaitre l’existence, rappelle Isabelle

« J’ai eu beaucoup de chance avec le cancer, car nous l’avons détecté très tôt, » explique-t-elle. « [J’aimerais souligner] l’importance de l’auto-examen des seins à tous les mois, d’agir et de consulter lorsqu’on a des symptômes qui ne nous semblent pas normaux. »

La Clinique du sein est disponible pour aider les femmes lors de cette période difficile et mouvementée, traitant plus de 20 000 patientes par années. De plus, le Centre de mieux-être de la Clinique du sein du Centre universitaire de santé McGill offre un vaste éventail de services gratuits et de programmes de soutien pour soigner les patients dans leur ensemble, soit le ‘Corps, cerveau et esprit’. Une philosophie qui correspond aux vertus des Canadiennes de Montréal.

« J’ai découvert la folie du vestiaire où toutes sont égales, qu’on peut toutes se laisser aller et qu’il n’y pas de jugement. Que de l’amitié, de la gaité et de l’entraide, » dit Carmen.

Le Match en rose aura lieu à la Place Bell de Laval, dans l’amphithéâtre du Rocket à 18h30. Un billet pour le match du Rocket vous procure une place gratuite au match des Canadiennes. Pour acheter des billets ($ 15, admission générale), cliquez ici.