Tag Archives: CANADIENNES

LES CANADIENNES ANNONCENT LE RETOUR DE LEURS OLYMPIENNES

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Pour diffusion immédiate

Montréal, QC (20 septembre 2018) –– Alors que la saison 2018-2019 de la LCHF débutera sous peu, Les Canadiennes ont annoncé le retour de joueuses importantes qui ont participé aux Jeux olympiques de Pyeongchang avec le Canada et les États-Unis.

Menant un groupe d’attaquantes électrisantes, Marie-Philip Poulin sera de retour dans l’alignement des siennes et Mélodie Daoust, un choix de première ronde en 2017, effectuera son entrée dans la ligue. Cette dernière a été nommée MVP du tournoi olympique et a mené Équipe Canada avec 7 points (3 B, 4 A) en cinq parties. Poulin, quant à elle, se retrouvait tout juste derrière sa compatriote, avec 6 points (3 B, 3 A) en autant de parties.

La superstar américaine Hilary Knight, qui a rejoint Les Canadiennes pour le dernier match de la saison régulière et les séries éliminatoires 2018, promet d’ajouter de la puissance à l’attaque. Knight a gagné la médaille d’or à Pyeongchang avec l’équipe américaine et a enregistré 3 points (2 B, 1 A) en cinq parties.

Les Canadiennes compteront aussi sur le pilier défensif Lauriane Rougeau. La saison dernière, elle a participé aux deux derniers matchs de la saison régulière des Canadiennes ainsi qu’aux séries éliminatoires après avoir joué pour l’équipe canadienne à Pyeongchang.

L’alignement des Canadiennes sera également appuyé par l’arrivée de l’attaquante rapide Jillian Saulnier et de la gardienne de but vétérane Geneviève Lacasse, toutes deux acquises de l’Inferno de Calgary plus tôt cet été. Saulnier a enregistré 2 points (1 B, 1A) dans ses premiers Jeux olympiques avec la formation canadienne en 2018, tandis que Lacasse a maintenu un pourcentage d’arrêt impressionnant de .978 en un match avec Équipe Canada.

En incluant Sarah Lefort, Erin Ambrose et Emerance Maschmeyer, Les Canadiennes pourront compter sur un total de huit membres du programme national canadien. 

Camp d’entraînement

Les Canadiennes ont débuté leur camp d’entraînement le 18 septembre avec des tests médicaux et d’aptitude physique. Le camp, qui se termine le 28 septembre, durera 10 jours et se déroulera à l’Aréna du Rocket à la Place Bell, le Complexe sportif Bell à Brossard et à l’aréna Michel Normandin au Complexe sportif Claude-Robillard.

Avec les Olympiennes et les membres de l’équipe nationale canadienne, plusieurs recrues prendront la glace, incluant Geneviève Bannon, une championne nationale de la NCAA à deux reprises avec l’Université Clarkson, Taylor Willard, l’ancienne capitaine de l’Université du Vermont, Catherine Daoust, une défenseure fiable de l’Université du Minnesota-Duluth, et Marie-Joëlle Allard, une défenseure de l’Université Concordia qui a sorti du lot.

Ann-Sophie Bettez, qui a été finaliste pour le trophée MVP de la LCHF la saison passée, Katia Clement-Heydra, Karell Emard et Melanie Desrochers sont parmi les joueuses de la formation 2017-2018 qui participeront au camp cette année.

Les membres des médias sont invités au camp à partir du 20 septembre et devront soumettre leurs demandes d’entrevues à l’avance. 

À propos de la LCHF

La Ligue canadienne de hockey féminin (LCHF) est un organisme à but non lucratif qui vise à promouvoir le développement du hockey féminin et à offrir l’opportunité aux meilleures joueuses de hockey au monde de s’entraîner et d’évoluer à un niveau de jeu international. Les partisans peuvent ainsi apprécier un jeu rapide dans lequel les habiletés des hockeyeuses sont mises en valeur et où les joueuses sont présentes pour leur communauté. Les sept équipes de la LCHF se disputent la prestigieuse Coupe Clarkson remise à la formation qui remporte les honneurs des séries éliminatoires. Pour de plus amples informations, visitez le www.cwhl.ca.

-30-

Contact pour les relations de presse

Safia Ahmad

Gérante des relations de presse

Les Canadiennes

514-588-4903 | [email protected]

LES CANADIENNES À PLACE BELL DÈS CET AUTOMNE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Pour diffusion immédiate 

Montréal, QC (20 septembre 2018) –– Les Canadiennes ont annoncé aujourd’hui que la Place Bell deviendra le nouveau domicile du club pour la saison 2018-2019. Dès cet automne, cet amphithéâtre de pointe hébergera les entraînements quotidiens des Canadiennes, ainsi que la majorité de leurs matchs à domicile.

Pour leur fin de semaine inaugurale, l’équipe accueillera l’Inferno de Calgary pour leur match d’ouverture le samedi 13 octobre à 18h30 à l’Aréna du Rocket. Ce match fera partie d’un programme double excitant avec le Rocket de Laval, qui affrontera les Devils de Binghamton à 15h. Les Canadiennes joueront également le lendemain, soit le dimanche 14 octobre, à 13h, sur la glace communautaire de la Place Bell.

Des vedettes des Canadiennes, incluant les olympiennes Marie-Philip Poulin et les nouvelles acquisitions Jillian Saulnier et Geneviève Lacasse, seront sur place à la Place Bell le jeudi 20 septembre à 17h pour une rencontre avec les médias avant le début du camp d’entraînement de l’équipe qui débutera en soirée à 20h. Cette saison, la puissante formation des Canadiennes mettra en vedette neuf membres issus d’équipes nationales, incluant six médaillées olympiques.

Les Canadiennes auront un vestiaire et un accès aux installations de la Place Bell en plus d’avoir la chance de disputer plusieurs parties sur la glace communautaire de La Cité de la culture et du sport de Laval. La formation montréalaise tiendra des pratiques hebdomadaires à l’Aréna du Rocket et jouera au domicile du Rocket le 23 février 2019. Les Canadiennes concluront la saison régulière le lendemain sur la glace communautaire.

« Le hockey féminin a connu une croissance exponentielle au cours des dernières années autant au niveau amateur qu’au niveau professionnel, et nous sommes ravis de pouvoir contribuer à la quête des Canadiennes qui est de faire croître le hockey féminin et de développer les meilleures joueuses de hockey féminin au monde. Avec neuf joueuses issues des équipes nationales dans leur alignement, et plusieurs autres joueuses élites prometteuses, Les Canadiennes font partie de l’élite mondiale du hockey, et la Place Bell fournira un site d’entraînement dont elles ont besoin et la visibilité qu’elles méritent, » dit Mark Weightman, vice-président du développement et des opérations de la Place Bell et du Rocket de Laval.

« C’est avec beaucoup d’enthousiasme et de fierté que nous accueillons Les Canadiennes sur les deux glaces de hockey de la Place Bell. Endroit rassembleur et convivial, nous sommes persuadés qu’elles auront beaucoup de bonheur à jouer dans leur nouvelle maison et à partager leur passion du hockey avec les spectateurs. Notre infrastructure de haut niveau sera tout indiquée pour ce calibre de jeu, » souligne Christiane Hémond, Directrice générale de La Cité de la culture et du sport de Laval.

« Nous avons hâte de jouer dans les magnifiques installations de la Place Bell cette saison. Je suis contente d’être de retour avec Les Canadiennes et d’avoir une autre opportunité de ramener la Coupe Clarkson à Montréal, » dit l’attaquante étoile des Canadiennes de Montréal, Marie-Philip Poulin.

« C’est une excellente nouvelle pour positionner Laval au niveau national et international. De plus, ces joueuses seront de bons modèles, encore plus accessibles maintenant puisqu’elles seront chez nous, pour les jeunes athlètes lavalloises qui pratiquent des sports de haut niveau, » dit le Maire de Laval, Marc Demers.

« Nous sommes extrêmement excitées d’héberger notre programme à la Place Bell, de jouer devant des nouveaux partisans et de tisser nos liens avec la communauté de hockey locale de Laval. C’est une nouvelle ère pour Les Canadiennes et nous avons une équipe de rêve qui est prête à briller sur la grande scène, » dit la Directrice générale des Canadiennes, Meg Hewings.

Les Canadiennes de Montréal

Montréal possède un riche héritage de succès au hockey et Les Canadiennes sont un des meilleurs clubs féminins au monde. Le premier match de hockey féminin organisé a été joué à Montréal et le club des Canadiennes date des années 1930. Il s’agissait de l’une des premières équipes de hockey féminin canadiennes-françaises du Québec. Connue par le passé sous le nom des Stars de Montréal, l’équipe a changé son nom pour « Les Canadiennes » en 2015. La LCHF a été fondée en 2007.

Gagnantes de quatre Coupes Clarkson (2009, 2011, 2012, 2017), Les Canadiennes détiennent le record le plus victorieux de la LCHF et sont reconnues comme étant une équipe passionnante, composée d’athlètes olympiques, de joueuses prometteuses faisant partie d’équipes nationales, ainsi que des joueuses étoiles issues des collèges et des universités. Cinq joueuses des Canadiennes sont médaillées d’or olympique, incluant Marie-Philip Poulin, Mélodie Daoust, Lauriane Rougeau, Geneviève Lacasse, et Hilary Knight.

À propos de la LCHF

La Ligue canadienne de hockey féminin (LCHF) est un organisme à but non lucratif qui vise à promouvoir le développement du hockey féminin et à offrir l’opportunité aux meilleures joueuses de hockey au monde de s’entraîner et d’évoluer à un niveau de jeu international. Les partisans peuvent ainsi apprécier un jeu rapide dans lequel les habiletés des hockeyeuses sont mises en valeur et où les joueuses sont présentes pour leur communauté. Les sept équipes de la LCHF se disputent la prestigieuse Coupe Clarkson remise à la formation qui remporte les honneurs des séries éliminatoires. Pour de plus amples informations, visitez le www.cwhl.ca.

-30-

Contact pour les relations de presse

Safia Ahmad

Gérante des relations médias

Les Canadiennes de Montréal

514-588-4903 | [email protected]

LES CANADIENNES DISENT AU REVOIR À PLUSIEURS JOUEUSES

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Pour diffusion immédiate 

Montréal, QC (16 septembre 2018) – Les Canadiennes feront face à une saison marquée par le changement alors que plusieurs joueuses prennent leur retraite ou quittent l’équipe.

Les défenseures Cathy Chartrand, Cassandra Poudrier, Laurence Beaulieu et Natalie Barrette, la gardienne de but vétérane Catherine Herron ainsi que les attaquantes Noémie Marin, Emmanuelle Blais et Kayla Tutino prennent officiellement leur retraite du hockey professionnel.

« Aujourd’hui, nous disons au revoir à des joueuses incroyables qui ont façonné Les Canadiennes et qui ont donné du cœur et de l’âme à leurs coéquipières ainsi qu’à cette organisation, » dit la Directrice Générale Meg Hewings.

Marin, une des grandes leaders agissant comme assistante-capitaine pour plusieurs saisons, a débuté sa carrière dans la LCHF en 2008 et a gagné quatre Coupes Clarkson. Meilleure buteuse dans l’histoire de la ligue, elle termine sa carrière avec un grand total de 272 points en saison régulière et en séries éliminatoires.

Chartrand, qui a commencé sa carrière dans la ligue en 2012, a été un pilier sur la ligne bleue des Canadiennes. Capitaine pendant trois saisons, elle a gagné la Coupe Clarkson en 2017 et a été nommée Défenseure de l’année en 2014 et 2018.

Blais met fin à une carrière de huit ans marquée par la conquête de trois Coupes Clarkson (2011, 2012, 2017). Elle a récolté 154 points en saison régulière et en séries éliminatoires.

Poudrier a officiellement annoncé sa retraite à l’équipe à la fin de la saison dernière après avoir subi une blessure qui a mis fin à sa carrière. Gagnante de la Coupe Clarkson en 2017, elle a enregistré 23 points (4 B, 19 A) en 42 matchs de la saison régulière et a été nommée assistante-capitaine pour la saison 2017-2018.

Herron quitte le hockey avec trois Coupes Clarkson (2009, 2012, 2017) et une fiche gagnante en saison régulière (36 gains, 12 défaites).

Tutino, qui a été le premier choix du repêchage de la LCHF en 2016,  a évolué pour les Blades de Boston et Les Canadiennes. Elle a participé au match des étoiles lors de sa saison recrue.

Barrette a été nommée assistante-entraîneuse de l’équipe de hockey féminin de l’Université de Windsor, son alma mater. Beaulieu, qui a joué une saison avec Les Canadiennes, poursuivra une carrière en dehors du hockey.

De plus, d’autres joueuses poursuivront leurs carrières ailleurs. La capitaine de l’équipe nationale française Marion Allemoz évoluera pour Modo Hockey de la SDHL et Lore Baudrit s’est joint à l’IF Björklöven de la Division 1. La défenseure Nachi Fujimoto, qui a passé deux saisons dans la LCHF, jouera pour Färjestad BK. L’attaquante Erinn Noseworthy poursuivra sa carrière de hockey ailleurs.

Malgré ces départs, Les Canadiennes ont hâte d’amorcer la saison 2018-2019 de la LCHF avec le camp d’entraînement qui promet une forte dose d’intensité et de compétition. L’équipe est en quête d’une cinquième Coupe Clarkson et travaillera fort afin de solidifier son héritage en tant qu’équipe la plus victorieuse de la LCHF.

À propos de la LCHF

La Ligue canadienne de hockey féminin (LCHF) est un organisme à but non lucratif qui vise à promouvoir le développement du hockey féminin et à offrir l’opportunité aux meilleures joueuses de hockey au monde de s’entraîner et d’évoluer à un niveau de jeu international. Les partisans peuvent ainsi apprécier un jeu rapide dans lequel les habiletés des hockeyeuses sont mises en valeur et où les joueuses sont présentes pour leur communauté. Les sept équipes de la LCHF se disputent la prestigieuse Coupe Clarkson remise à la formation qui remporte les honneurs des séries éliminatoires. Pour de plus amples informations, visitez le www.cwhl.ca.

-30-

Contact pour les relations de presse

Safia Ahmad

Gérante des relations de presse

Les Canadiennes

514-588-4903 | [email protected]

FAITES CONNAISSANCE AVEC UNE RECRUE: MARIE-JOËLLE ALLARD

Marie-Joëlle Allard a été un choix de sixième ronde du repêchage 2018 de la LCHF.

La défenseure originaire de Victoriaville, Québec a passé cinq saisons avec les Stingers de l’Université Concordia entre 2013 et 2018. Nommée capitaine lors de sa dernière saison, Allard a mené son équipe à une médaille d’or au championnat de hockey féminin de la RSEQ ainsi qu’à une médaille de bronze au championnat national U Sports.

Au cours de sa carrière universitaire, elle s’est méritée plusieurs distinctions. Notamment nommée sur l’équipe des recrues de la RSEQ en 2014, elle a aussi été nommée sur la première équipe étoile de la RSEQ à deux reprises et à la deuxième équipe étoile une fois.

En cinq saisons, Allard a joué 95 parties et a enregistré 32 points (4 B, 28 A). Une importante présence sur la ligne bleue, Allard a démontré ses habiletés de meneuse de jeu lorsqu’elle a connu sa meilleure saison au niveau des statistiques avec 10 points (10 A) en 18 parties lors de sa dernière saison.

Allard a eu l’opportunité d’apprendre de Julie Chu, une ancienne joueuse de la LCHF qui est maintenant entraîneuse-chef des Stingers depuis l’été 2016. De plus, Caroline Ouellette, Karell Emard, Cassandra Poudrier et Emerance Maschmeyer ont fait partie du personnel d’entraîneurs des Stingers pour la saison 2017-2018.

FAITS

  • Taille: 5’7
  • Position: Défenseure
  • Ville: Victoriaville, Quebec
  • Équipe précédente: Université Concordia/ Cégep Limoilou
  • Saison avec l’équipe: 1

MENTIONS EN CARRIÈRE

  • Médaillée d’or au Championnat de hockey féminin RSEQ 2018
  • Médaillée de bronze au Championnat national U Sports
  • Nommée sur l’équipe recrue de la RSEQ en 2014
  • Nommée sur la première équipe étoile de RSEQ
  • Nommée sur la deuxième équipe étoile de RSEQ

FAITES CONNAISSANCE AVEC UNE RECRUE: CATHERINE DAOUST

Catherine Daoust a été repêchée par Les Canadiennes au cinquième ronde du repêchage 2018 de la LCHF. Elle a connu quatre saisons marquées par le succès avec les Bulldogs de Minnesota-Duluth. La défenseure fiable a enregistré 37 points (9 B, 28 A) et a été reconnue pour son leadership en tant que l’une des trois capitaines alternatives lors de sa dernière saison. Elle a été nommée athlète érudite de la WCHA en 2016-2017 et a été nommée sur l’équipe académique de la WCHA en 2016 et 2017.

Avant de se joindre à UMD, Daoust a gagné une médaille d’or avec Équipe Canada au Championnat du monde des moins de 18 ans de l’IIHF en Finlande. Membre d’Équipe Québec à trois reprises, elle a gagné une médaille d’argent au Championnat national des moins de 18 ans en 2011 et une médaille de bronze aux Jeux du Canada la même année. Elle a aussi évolué pour les Patriotes du CEGEP Saint-Laurent où elle a été nommée sur la première équipe étoile dans sa première saison et a participé à deux matchs d’étoiles.

FAITS

  • Taille: 5’5
  • Position: Defense
  • Tir: Droit
  • Naissance: 1995-02-21, Montreal, QC
  • Ville: Île Bizard, QC
  • Équipe précédente: U. Minnesota-Duluth
  • Saison avec l’équipe: 1

MENTIONS D’HONNEURS

  • Médaille d’or avec l’équipe canadienne des moins de 18 ans au Championnat du monde
  • Trois saisons avec Équipe Québec
  • Membre de l’équipe académique de la WCHA (2016, 2017)
  • Athlète érudite de la WCHA (2017)

FAITES CONNAISSANCE AVEC UNE RECRUE: TAYLOR WILLARD

Willard a été sélectionnée en quatrième ronde, 23e au classement général, du repêchage 2018 de la LCHF par Montréal.

Originaire de Naperville, Illinois, la défenseure a joué pour les Catamounts de l’Université de Vermont de 2014 à 2018. En 145 parties, elle a enregistré 21 buts et 41 aides pour 62 points.

Willard s’est distinguée lors de sa carrière universitaire, ayant été nommée sur la deuxième équipe all-star Hockey East à deux reprises en 2016 et 2017 et sur l’équipe académique Hockey East en 2015, 2016 et 2017. De plus, elle a été nommée joueuse étoile de division 1 de la New England Hockey Writers Association.

Elle a été l’une des trois capitaines qui a mené les Catamounts lors de sa saison junior et est devenue la seule capitaine en tant que sénior en 2018, lorsqu’elle a reçu une mention d’honneur sur l’équipe étoile Hockey East.

Reconnue pour sa fiabilité sur la ligne bleue et sa capacité de jouer dans les deux sens de la glace, Willard a été la récipiendaire du trophée Sarah Devens, décerné à la joueuse qui démontre du leadership sur la glace et en dehors de celle-ci. Elle a été une joueuse importante pour les Catamounts et n’a manqué qu’un seul match lors de ses quatre ans avec Vermont.

En 2013, Willard a gagné une médaille d’argent au Championnat du monde des moins de 18 ans de hockey sur glace féminin.

Elle détient un baccalauréat en nutrition et sciences alimentaires.

FAITS

  • Taille : 5’6
  • Tir : Droit
  • Naissance : 1995/11/2
  • Ville : Naperville, Illinois
  • Équipe précédente : Chicago Mission, Équipe États-Unis U-18
  • Saison avec l’équipe : 1

MENTIONS EN CARRIÈRE

  • New England Hockey Writers Association Division 1 All-Star (2016-2017)
  • Deuxième équipe étoile Hockey East (2015-2016, 2016-2017)
  • Mention d’honneur all-star Hockey East (2017-2018)
  • Équipe académique Hockey East (2015, 2016, 2017)
  • Athlète-étudiant de la semaine Banque TD (Nov. 14, 2017)

FAITES CONNAISSANCE AVEC UNE RECRUE: GENEVIÈVE BANNON

Geneviève Bannon a été la première joueuse pré-signée par Les Canadiennes en vue du repêchage 2018 de la LCHF. Elle a été sélectionnée par Montréal en première ronde, 12e au classement général.

L’attaquante de 23 ans originaire de Châteauguay, QC est deux fois championne NCAA avec l’Université Clarkson. Elle a connu une saison sénior de 53 points, récoltant 15 buts et 38 aides en 41 matchs, ce qui la place au deuxième rang de son équipe. Dans sa carrière collégiale avec les Golden Knights, Bannon a marqué 49 buts et récolté 101 aides pour totaliser 150 points en 160 matchs. Elle a réalisé une moyenne de presqu’un point par match avec le SDHL’s Göteborg HC la saison dernière.

Bannon apporte de l’expérience internationale à Montréal, ayant notamment remportée une médaille d’or avec Équipe Canada au Championnat du monde IIHF de hockey féminin U18 en 2012.

FAITS

  • Taille: 5’7
  • Position: Attaquante
  • Tir: Droit
  • Naissance: 1995-02-03
  • Ville: Châteauguay, QC
  • Équipe précédente: Université Clarkson, Göteborg HC
  • Saisons avec l’équipe: 1

MENTIONS EN CARRIÈRE

  • Deux fois championne nationale de la NCAA (2014, 2017)
  • Nommée au tableau d’honneur Hockey East à quatre reprises (2017)
  • Nommée sur la deuxième équipe de ligue ECAC (2017)
  • Nommée sur la deuxième équipe USCHO (2017)
  • Équipe de tournoi Frozen Four de la NCAA (2017)
  • Nommée au tableau d’honneur de hockey ECAC à quatre reprises (2014 à 2017)

GRAVIR LES ÉCHELONS

Traduit par Frédérique Rajotte.

London Mann âgée de 9 ans a rencontré la joueuse étoile canadienne de hockey Mélodie Daoust pour la première fois lors d’une levée de fonds organisée par l’Alberta Junior Hockey League, en novembre 2017 à Lloydminster, une ville située sur la frontière de l’Alberta et de la Saskatchewan.

Ayant grandi dans une communauté unie par le hockey, London et ses parents avaient hâte de rencontrer les joueuses qui allaient représenter le Canada aux Jeux olympiques de Pyeongchang 2018. Ils ont immédiatement été charmés par Daoust.

« Nous avons été séduits par sa personnalité. Elle émet de la bonté, » raconte Lindsay, la mère à London.

La famille Mann a rencontré Daoust de nouveau après la victoire du Canada contre les États-Unis (par la marque de 2-1 en prolongation) lors d’un match préparatoire en décembre 2017. Encore une fois, la famille était émerveillée par sa prestance et son humanité.

« Même en tant qu’adulte, elle me fait penser que tout est possible si tu y crois vraiment et si tu y mets de l’effort. En tant que mère, qui ne voudrait pas de [Mélodie] comme inspiration pour son enfant? »

Sept mois plus tard, la famille Mann a décidé de se réunir avec Daoust au Québec. Voyageant plus de 3300 kilomètres de Lloydminster, London a participé à l’école de hockey inaugurale de Mélodie Daoust à Salaberry-de-Valleyfield, une ville située au sud-ouest de Montréal.

« La raison pour laquelle London voulait participer au camp n’était pas nécessairement parce que Mélodie est une Olympienne ou parce qu’elle est une joueuse remarquable, » explique Lindsay. « Elle voulait être à ses côtés, apprendre et être inspirée par elle. »

Du 16 au 21 juillet, le camp de hockey pour filles s’est déroulé aux Centres Sportifs de Salaberry-de-Valleyfield. Plusieurs invitées vedettes étaient présentes à ce camp, dont les Olympiennes Marie-Philip Poulin, Caroline Ouellette, et Lauriane Rougeau, parmi tant d’autres.

Lindsay a constaté une amélioration significative du coup de patin de sa fille. Elle a expliqué qu’elle et son mari avaient essayé d’aider London à améliorer ses virages pendant deux ans. Durant les trois jours de camp, London a fait de grands pas.

« Mélodie l’a pris en charge pendant les 45 premières minutes du camp et l’a encouragée à améliorer ses virages. [En gros], je pense qu’elle a appris à travailler sur ses habiletés physiques pour qu’elle puisse devenir une joueuse avec de bonnes habiletés sur la glace, » dit Lindsay.

Bien que London était enthousiaste à apprendre de son idole – « Elle m’a toujours dit de montrer le meilleur de moi même » dit-elle – sa mère a admis que sa fille était nerveuse sachant qu’elle allait revoir Daoust. Mais cette gêne était de courte durée alors que Daoust a crée le jeu parfait pour aider London à marquer un but.

« Nous avons constaté que c’était le moment le plus marquant de la semaine, » dit Lindsay en riant. « Elle faisait partie de la même ligne que Mélodie et elle a marqué. Duo 2026! »

S’intégrer avec les autres joueuses et leur parler en français était intimidant pour London, partage sa mère. Après la première heure du camp, elle s’est fait des amies. Elle a non seulement créée des amitiés, mais elle a aussi appris à communiquer avec des gens plus âgés et venant de milieux différents.

« Elle partageait la glace avec des joueuses qui étaient plus âgées qu’elle, des joueuses qui ne parlaient pas sa langue maternelle. Je pense que c’était très valorisant,» dit Lindsay.

Inspirer de jeunes filles à poursuivre leur passion pour le hockey est la mission que Daoust avait en tête pour son tout premier camp de hockey. Elle est enthousiaste pour le camp de l’année prochaine et annoncera les dates en janvier.

« Nous ne serions pas où nous sommes aujourd’hui sans avoir eu la passion, » dit-elle. « La passion pour ce sport est activée lorsque tu crées des liens avec des gens qui partagent cette même passion pour le hockey. En tant qu’Olympiennes, nous avons comme rôle de léguer le flambeau aux prochaines générations en ayant comme objectif qu’elles poursuivent ce que nous avons commencé. ».

Daoust était déterminée de débuter son propre camp pour pouvoir redonner à sa ville natale de Valleyfield.

« Je pense que c’est très important de redonner à la communauté du hockey féminin, particulièrement à Valleyfield, où cette croissance est au ralenti, » dit Daoust. « J’espère que ce camp a eu comme résultat d’inspirer de plus en plus de filles d’ici à jouer au hockey. »

L’année 2018 était une année remarquable pour la jeune femme de 26 ans. L’Olympienne décorée de deux médailles a mené l’équipe canadienne en marquant 7 points (3 buts et 4 mentions d’aide) à Pyeongchang et a récemment été nommée entraîneuse adjointe auprès de l’équipe de hockey féminin universitaire des Carabins de Montréal pour la saison 2018-2019. Daoust, qui a été un choix de première ronde des Canadiennes en 2017, se prépare pour sa première saison avec Montréal, tout en prenant soin de son nouveau-né. Elle était prête à relever le défi d’ajouter un camp de hockey à sa liste de responsabilités.

« Malgré les nombreuses préparations consacrées à ce camp, je sais qu’il réunit toutes mes passions et ceci en vaut la peine. J’ai tout un défi cette année, pour allier mon travail et ma vie familiale. Je serai très occupée! Je devrai trouver un bon équilibre pour que je puisse donner mon 100%. »

London, qui joue dans la ligue Atom de hockey pour les Lloydminster Blazers, fait partie d’un grand nombre de jeunes filles qui participent à des camps de hockey dédiés aux jeunes filles, une option toute récente.

Daoust n’a pas eu cette chance lorsqu’elle avait l’âge de London. Elle devait participer à des camps de hockey pour garçons. La marqueuse de but prolifique qui a su surmonter des obstacles et qui est devenue une des meilleures joueuses veut en retour réunir de jeunes filles qui ont la même passion pour le sport.

« Une fille provenant de Valleyfield jouant au hockey avec des garçons a participé à mon camp, » explique Daoust. « C’est important pour elle de réaliser qu’elle n’est pas la seule fille dans ce milieu. Je pense que cette expérience va permettre à plusieurs joueuses de connaitre cette opportunité. C’est la beauté d’avoir des camps de hockey dans de plus petites villes. »

Lindsay souligne les sentiments de Daoust.

« Jusqu’à présent, les seuls modèles de joueurs de hockey qu’avait London étaient des joueurs de la LNH, » dit-elle. « Se voir éventuellement en tant qu’athlète élite ne se produit pas lorsque tu observes seulement des joueurs de hockey.  Pour la toute première fois, elle perçoit le hockey d’une différente manière. Elle met plus d’efforts dans ses entrainements; elle veut courir, patiner et pratiquer. Elle exerce ses lancées à l’extérieur chaque soir et ce n’est pas pour se vanter. Elle est déterminée à démontrer le meilleur d’elle-même et c’est grâce à Mélodie. »

GENEVIÈVE BANNON DÉBUTERA SA CARRIÈRE DE LA LCHF AVEC LES CANADIENNES

Montréal, QC (20 août 2018) –Le Club des Canadiennes a annoncé aujourd’hui la pré-signature de l’ailier droit Geneviève Bannon en prévision du repêchage 2018 de la LCHF. Cette acquisition ajoute de la profondeur à un alignement déjà qualifié de puissance offensive.

Originaire de Châteauguay, QC, l’attaquante de 23 ans Geneviève Bannon est deux fois championne NCAA avec l’Université Clarkson. Elle a connu une saison sénior de 53 points, récoltant 15 buts et 38 aides en 41 matchs, ce qui la place au deuxième rang de son équipe.

Dans sa carrière collégiale avec les Golden Knights, Bannon a marqué 49 buts et récolté 101 aides pour totaliser 150 points en 160 matchs.

Elle a réalisé une moyenne de presqu’un point par match avec le SDHL’s Göteborg HC la saison dernière.

Bannon apporte de l’expérience internationale à Montréal, ayant notamment remportée une médaille d’or avec Équipe Canada au Championnat du monde IIHF de hockey féminin U18 en 2012.

« J’ai joué loin de la maison lors des huit dernières années et avoir l’opportunité de jouer pour mon équipe locale est définitivement excitant, » mentionne Bannon. « Les Canadiennes forment une organisation de qualité qui maintient une tradition d’excellence. Mon objectif est d’être une bonne coéquipière, de faire preuve d’une solide éthique de travail et d’utiliser mes habiletés au meilleur de mes capacités. J’espère contribuer au développement de l’équipe et du sport. »

Toute l’excitation qui gravite autour de la pré-signature de Geneviève Bannon arrive peu de temps après les acquisitions majeures des Olympiennes Jillian Saulnier et Geneviève Lacasse un peu plus tôt cet été.

Les Canadiennes continuent activement la création d’une équipe débordant d’habiletés, de talent et de vitesse qui aura tous les outils nécessaires pour remporter un cinquième titre d’équipe championne de la LCHF cette saison.

VALÉRIE BOIS REJOINT LE PERSONNEL D’ENTRAÎNEURS DES CANADIENNES

Montréal, QC (9 août 2018) — Valérie Bois rejoint les Canadiennes de Montréal en tant qu’entraîneuse adjointe pour la saison 2018-2019.

Bois a beaucoup d’expérience dans le hockey féminin. Elle a été entraîneuse à tous les niveaux d’Hockey Québec et a été l’entraîneuse-chef avec les Patriotes du Cégep Saint-Laurent la saison dernière.

« Je suis contente et fière de joindre l’organisation des Canadiennes et reconnaissante envers l’organisation pour leur confiance en moi, » dit Bois.

Bois a gagné la Coupe Esso au niveau midget AAA avec le Territoire du Nord (2012-2013), la Coupe Dodge au niveau midget AAA (2013-2014) et au niveau collégial AA en tant qu’entraîneuse adjointe avec les Patriotes de Saint-Laurent (2014-2015). Elle a été finaliste au Championnat canadien U18 masculin (2016-2017).